three cigarettes on beach

Du début jusqu’à la fin de leur existence, les cigarettes font de nombreux dégâts autour d’elles. On pourrait croire qu’après avoir dégradé un peu plus la santé du fumeur, son mal s’arrêterait là.  Il n’en est rien.  Même à l’état de mégot, la cigarette continue d’être dangereuse et de poursuivre sa contamination.

Quand on marche dans les rues, il n’est pas rare de trouver par terre de vieilles bouteilles de plastique, des papiers d’emballages ou des sacs de plastique.  Étrangement pourtant, aucun de ces objets n’est celui qu’on retrouve le plus.  Le déchet le plus commun, c’est en effet le mégot de cigarette. On estime que chaque année, une quantité astronomique de 4,5 trillions de mégots de cigarettes finissent dans les ordures, sur ou dans le sol de la planète. Pensez à l’énormité de l’impact que cette quantité vraiment incroyable de mégots a sur l’environnement !

Et encore plus sur les océans.

L’ONG (organisation non-gouvernementale) The Ocean Conservancy, l’une des plus grandes organisations vouées à la préservation des océans, a affirmé que ce sont les mégots de cigarettes qui sont les plus présents lors de leur nettoyage côtier annuel. Vu leur taille, ils sont plus difficiles à recueillir que les bouteilles ou les sacs de plastique. C’est en partie pourquoi ils sont si coûteux à ramasser !

Prenons les États-Unis, par exemple.

Les États-Unis investissent environ 11 millions de dollars chaque année pour ramasser les déchets qui traînent dans les rues de ses différents états. Le ramassage des mégots de cigarettes nécessite à lui seul près du tiers de cette somme (32 %). C’est donc plus de 3,5 millions de dollars qui ne servent à rien d’autre qu’à débarrasser les rue américaines de leurs mégots. On aurait pourtant cru qu’une fois éteinte et consumée, la cigarette nous aurait amenés au bout de nos peines. Pas du tout.

Mais encore…
Non seulement les mégots sont chers à ramasser mais ils ont des effets désastreux sur les océans, plus spécifiquement sur la faune marine. Trop souvent, certains animaux marins comme les tortues, les poissons ou les baleines prennent les mégots pour de la nourriture. C’est près d’un poisson sur deux qui mourra de l’ingestion d’un mégot à cause de la grande quantité de toxines qu’il contient, du filtre composé de plastique et des résidus de métaux lourds.

En conclusion, il est important de rester conscient de l’impact de nos actions quotidiennes sur l’environnement. Évitons donc de contribuer à la pollution par les mégots en les jetant par terre. La prochaine fois, vaut mieux attendre un peu et les jeter dans un emplacement approprié.  Et ça vaut autant pour les fumeurs que pour les non-fumeurs !

 

Rejoins La gang allumée sur Facebook !

À propos de l'auteur

Lydia Nait-Said

Mauricie-Centre-du-Québec

Je m’appelle Lydia Nait-Said, je vais à l’école secondaire Chavigny, à Trois-Rivières, en Mauricie-Centre-du-Québec. Ça me choque assez de voir les jeunes systématiquement ciblés par l’industrie du tabac ! On ne se laissera pas faire…

Commentaires