Man listening to the belly of his pregnant wife

On le sait depuis longtemps, la femme enceinte ne doit pas fumer pour protéger son foetus.  Consommée pendant la grossesse, la cigarette peut en effet provoquer une fausse couche ou entraîner de sérieuses complications à l’accouchement.  Il faut savoir aussi que les fumeuses donnent naissance jusqu’à une fois et demi plus à des bébés prématurés.

Fumer durant la grosseur double quasiment les chances de mortalité infantile jusqu’à la fin de la première année de vie de l’enfant. En plus, les tout-petits nés d’une grossesse fumeuse sont habituellement de plus petite taille et davantage à risque de souffrir de microcéphalie (faible périmètre crânien), de retards mentaux et de troubles du déficit de l’attention. Les femmes fumeuses se retrouvent donc avec une immense pression sur les épaules.

Mais les hommes, eux ?

Une récente étude recommande aux pères d’arrêter de fumer avant de procréer. Une équipe de chercheurs brésiliens a analysé le sperme d’hommes fumeurs et non-fumeurs.  Le sperme des fumeurs étant endommagé, la fertilisation s’en trouvait réduite alors que la probabilité de problèmes de santé chez le poupon, elle, augmentait. L’ADN du sperme des hommes fumeurs était en effet fragmenté, probablement à cause du cadmium et de la nicotine. Cette fragmentation augmente le taux de problèmes génétiques et de cancers chez les enfants.

Alors oui, les hommes aussi ont leur part de responsabilité envers leur futur bébé !

De toute façon, s’ils ne l’ont pas fait avant la conception, ces papas fumeurs devraient arrêter de fumer après la naissance de leur enfant car l’environnement des bébés doit être sans fumée, pour les protéger de l’asthme et de d’autres maladies.

En conclusion, bébé et tabac ne vont définitivement pas ensemble !

À propos de l'auteur

Valérie Dollo

Bas-Saint-Laurent

Je m’appelle Valérie Dollo. Je vis à Rivière-du-Loup et je fréquente l’école secondaire de Rivière-du-Loup, dans la région du Bas-Saint-Laurent. Moi, j’ai un proche qui fume encore. Je m’inquiète pour lui, pour sa santé. Je me dis que si je peux empêcher ne serait-ce qu’un seul jeune de commencer à fumer, j’aurai réussi quelque chose d’important.

Commentaires