Woman smoking electronic cigarette outdoor

Les propriétaires de magasins de cigarettes électroniques sont indignés d’avoir vu leurs produits inclus dans la Loi concernant la lutte contre le tabagisme, qui a été adoptée à l’unanimité par les parlementaires québécois le 26 novembre dernier.  Ces commerçants disent se battre eux aussi contre le tabac pour un monde sans fumée.

Depuis six mois, la Loi concernant la lutte contre le tabagisme soumet en effet la cigarette électronique aux mêmes contraintes et restrictions que la cigarette conventionnelle. Elle interdit donc aux marchands de cigarettes électroniques toute publicité de leurs produits, sous peine d’amendes salées.

L’Association québécoise des vapoteries compte faire appel de ces changements et poursuivre le gouvernement du Québec pour atteinte à leur liberté d’expression.
« C’est sûr que ça crée une confusion. Moi j’ai déjà des gens qui me disent … Bien si c’est aussi pire que la cigarette traditionnelle, je serais aussi bien de continuer à fumer » explique Valérien Gallant, de l’Association québécoise des vapoteries.

Une étude récente du Collège royal de médecine de Londres a prouvé que la cigarette électronique est moins nocive pour la santé que la cigarette conventionnelle, parce qu’elle ne contient pas les quelque 7 000 produits chimiques que génère une cigarette allumée.

Le gouvernement du Québec dit poser des actions pour que les gens cessent de fumer. Les vendeurs de cigarettes électroniques affirment dire exactement la même chose. Peut-être.  Mais ce qu’ils semblent oublier de préciser, c’est que la cigarette électronique n’est pas seulement un éventuel outil pour arrêter de fumer. Pour les jeunes, elle est malheureusement aussi un outil pour s’initier au tabac.

Alors même si c’est juste pour nous protéger, nous les ados, de tout ce qui peut nous conduire au tabagisme, je trouve que ça vaut la peine d’empêcher la promotion et la publicité de la cigarette électronique !

 

Rejoins La gang allumée sur Facebook !

À propos de l'auteur

Nathan Larose

Laval

Je me présente : Nathan Larose. Je viens de Laval et c’est à l’école Leblanc que je fais mes études secondaires. J’ai des amis qui fument et je trouve ça dur de penser qu’un jour, il y en a un sur deux qui va en mourir. Je donnerais cher pour qu’ils arrêtent avant d’en subir les conséquences !

Commentaires